Miljø, hvorfor gjør vi ikke noe?


Del denne artikkelen med vennene dine:

Malgré les nombreuses preuves de la dégradation du climat, l’opinion publique continue de ne rien faire. Comment expliquer cette apathie ?, The Ecologist

Loin d’être poussés à accepter la réalité, les gens doivent au contraire en être arrachés », affirme Stanley Cohen dans son remarquable ouvrage States of Denial, Knowing About Atrocities and Suffering [La négation consciente face aux atrocités et à la souffrance]. Selon lui, la capacité de laisser faire et le refus de prise de conscience sont profondément implantés dans une société saturée d’informations.

Son analyse s’adapte idéalement à la réaction actuelle au réchauffement climatique. La « conscience » du problème est ancrée à tous les niveaux de la société : dans l’opinion publique (selon les sondages, 68 % des Américains y voient un problème grave) ; dans la communauté scientifique (comme le prouvent les lettres ouvertes régulièrement émises par les institutions scientifiques) ; dans les entreprises (avec des déclarations musclées de la part des PDG des compagnies pétrolières) ; chez de nombreux chefs d’Etat (discours aussi pieux que réguliers sur l’imminence du désastre).
Men på et annet nivå, nekter vi tilsynelatende å innrømme konsekvensene av det vi vet. Da Bill Clinton oppfordret til akutt handling, var hans forhandlere opptatt av å torpedo en avtale som bare var en blek refleksjon av sine egne advarsler. Aviser utløser stadig alvorlige advarsler om klimaendringer, mens de tilbyr et par sider senere artikler som ivrig inviterer leseren til en weekendferie i Rio. Folk, inkludert mine venner og familie, kan uttrykke sin bekymring alvorlig, så glem det umiddelbart, kjøp en ny bil, sett på air condition, eller fly til ferie.

Les mer: Environnement, pourquoi ca a du mal à bouger?


Facebook kommentarer

Legg igjen en kommentar

Din e-postadresse vil ikke bli publisert. Obligatoriske felt er merket *