Vannloven


Del denne artikkelen med vennene dine:

Fransk landbruksrett på vann.



The Ecology ministeren Serge Lepeltier dette onsdag, etter syv år med opphetet debatt, et utkast vann lov som pålegger ingen nye skatter til bønder, i samsvar med innsatsen som gjøres av Jacques Chirac i 2002 da presidentkampanje.

Frankrike, som flere ganger er fordømt av EU-kommisjonen for sine feil i vannkvalitet, har startet denne reformen av vannpolitikken i 1998.

Le projet de loi prévoyait initialement, tout comme le projet de Dominique Voynet voté en première lecture en 2002, une taxation des nitrates de l’agriculture. La mesure a définitivement disparu après un arbitrage de Matignon et de l’Elysée en juillet. L’actuel projet de loi vise « un bon état écologique des eaux » en 2015, conformément à la directive (loi) européenne du 23 octobre 2000. Aujourd’hui, la moitié du territoire est classé en « zone vulnérable » pour les nitrates. Les pesticides sont en outre présents dans 75% des cours d’eau et la moitié des nappes souterraines, selon l’Institut français de l’environnement. Les agriculteurs, qui consomment 68% de l’eau utilisée en France, sont responsables de la plus grande partie des pollutions par les nitrates (émanant des élevages et engrais) et les pesticides. Ils acquittent 1% des redevances aux Agences de l’eau, qui leur versent 7 fois plus d’aides à la dépollution. La loi va ramener ce ratio à 2,5, explique le ministère de l’Ecologie. Le texte prévoit de transférer l’actuelle taxe sur les pesticides (TGAP phytosanitaires) payée par les fabricants d’engrais du budget de l’Etat aux Agences de l’eau, qui gèrent la dépollution par bassin.

La taxe (40 millions d’euros) sera prélevée au niveau des coopératives où les agriculteurs achètent les engrais. « Son montant apparaîtra sur la facture de l’agriculteur à côté de la TVA, ce qui aura un effet pédagogique », selon le ministère. In fine, les agriculteurs n’acquitteront pas de taxe supplémentaire, mais les Agences de l’eau toucheront un peu plus d’argent en provenance de l’agriculture. Le monde agricole contribuera pour 3 à 4% des redevances (60 millions d’euros sur un total de 1,8 milliard de redevances par an) contre 1% actuellement, selon le ministère.

Husholdninger forblir de største bidragsyterne (82% i stedet for 86%), mens andelen av næringen er stabil (omtrent 14%).

« Sauf sursaut de la représentation nationale lors de l’examen du projet de loi, le scandale actuel, qui fait des ménages la vache à lait de la politique de l’eau et encourage les pollutions agricoles en refusant de faire payer les responsables, va continuer », s’indigne l’UFC-Que Choisir, très active dans le débat sur l’eau.

La loi « omet de s’attaquer à la question de la pollution par les nitrates », poursuit l’association de consommateurs. Elle renonce aussi à limiter la durée des contrats des grandes compagnies d’eau (20 ans actuellement), et à encadrer la part fixe dans la facture, déplore l’UFC.

Ministry of Ecology fremhever andre tiltak: vannforbruk med gress striper langs elver, alle årene 5 kontroll av plantevernmidler sprøyter, forpliktelse til å opprettholde et minimum flyt av 1 / 10e i elvene ved sent 2013. Dette tiltaket, som tar sikte på å bevare vannmiljøet, bestrides av dammeoperatører.

Regningen, som ble presentert tidlig i april i Senatet, endrer også organisasjonen av fiskeriet, og oppretter Nasjonalt kontor for vann og vannmiljøer (ONEMA) i stedet for Fiskeridirektoratet (CSP).


Facebook kommentarer

Legg igjen en kommentar

Din e-postadresse vil ikke bli publisert. Obligatoriske felt er merket *